Font Size

SCREEN

Cpanel

Débuter une thérapie

 

Qu'est-ce que l'APsySE ?

 

L’Analyse Psycho Somato Energétique

Réunion du Corps et de L’Esprit
du Psychique et du Somatique

Une autre forme d’Analyse qui part du corps réel

Les Neurosciences prouvent aujourd’hui que  nos expériences de vie laissent une trace dans notre système nerveux, en particulier dans notre système neurovégétatif. L’inconscient est lié au système neuronal. Il nous conduit à toujours reproduire les mêmes situations (actes qui se répètent dans notre vie), et par conséquent ne nous engage pas vers de nouvelles expériences.

L’APsySE propose au patient de se libérer des schémas existants pour vivre de nouvelles expériences par le biais d’exercices corporels appelés sistims , (simulations, stimulations).
Le cerveau et le système neuronal ont une grande plasticité. C’est sur elle que vont influer les sistims et leurs répétitions, en imprimant de nouvelles expériences qui remplaceront les schémas anciens mis en place comme système de défense.

Ces sistims mobilisent l’activité neuro-musculaire. Il s’agit d’une suite ordonnée de mouvements fonctionnels, ébauchée par Reich. Ces simples mises en tension musculaires, à pratiquer dans un ordre précis, agissent sur les blocages musculaires et énergétiques, suscitent des abréactions émotionnelles qui favorisent le processus de remémoration ainsi que l’expression des conflits internes. La phase de verbalisation après chaque sistim permet de réassocier affects, représentations et sensations dans un but transformationnel profond, participant à l’élaboration et à la solidité du Moi.

L’objectif de l’APsySE est de briser les chaînes pathologiques du système Neuro-Végétatif pour se réapproprier l’accès aux sensations, aux sentiments et aux souvenirs. La circulation de l’énergie est alors rétablie de la tête aux pieds pour vivre un corps libéré de ses blocages, retrouver une belle vitalité, mais aussi, au fil du processus, se réapproprier sa capacité orgasmique et ainsi libérer son énergie sexuelle et accéder à la génitalité.
C’est le thème de l’Amour qui se travaille à travers la pratique des mobilisations neuromusculaires (sistims). Sortir des souffrances anciennes pour s’ouvrir à s’aimer (soi) et aimer les autres.

La finalité de l’APsySE n’est pas la sexualité mais la restauration de la puissance orgastique énergétique qui ouvre à l’abandon. Quand on parle de la puissance orgastique au sens reichien et pour l’APsySE, cela signifie qu’il s’agit d’ouvrir le cœur, en libérant les blocages, « l’armure » ou « la cuirasse » qui faisaient du corps humain une mécanique sans âme.


Trois phases essentielles de l’amour humain :

- être aimable, être aimé
- s’aimer
- aimer les autres, accéder à l’altérité et à l’ouverture du cœur.

 

 

Une Séance d'APsySE

 

Le Sistim  est un exercice anodin en apparence qui met en tension une partie du corps du patient chargée de tension inconsciente (yeux, bouche, cou…), et qui par sa précision, sa durée, l’énergie qu’il requiert va activer le système neurovégétatif et faire émerger sensations, revécus…, pour enfin mener à la parole.

 

En pratique 
1. Le « massage » Reichien :  Analyse rapide de l’état musculaire par le toucher qui repère la qualité de tonicité et les tensions.. Il ramène la personne vers ses sensations corporelles.

2. La position de base est isotonique : Position allongée où les  muscles sont  en équilibre.

3. Séance type : 3 ou 4 sistims de 15 minutes chacun, en  alternance  avec des temps de verbalisation. Le thérapeute   va assister, être présent à la personne et donne les temps de début et de fin des sistims .

 

4. Le thérapeute facilite les sistims quand il faut mettre les mains sur les oreilles, tenir la lampe, remettre la couverture, rappeler une consigne, la position des jambes, des yeux, etc…

 

5. Le thérapeute note tout ce qui est dit comme sous la  dictée (sans préoccupation d’orthographe) en respectant les mots et expressions employés par la personne.

 

6. Le thérapeute va aider la personne à préciser, associer, voir aider à donner du sens à tout ce qui est dit.
7. Le thérapeute peut être aussi le « bon parent » afin de permettre la traversée et l’intégration d’un travail émotionnel fort, par le biais de Sistims harmonisants ou pacifiants (polarisations, « bon parent », « porté de jambes », prendre dans les bras, etc…)                                         

 

                                       Le patient est acteur de son processus

Vivre les sistims sans paroles en laissant venir tout ce qui est involontaire.Puis, tout dire sans rien trier ni omettre.


C’est l’ensemble de tout ce « cadre » qui participe à l’élaboration d’un « Moi » plus présent, plus fort, plus existentiel et relationnel.


Combien de temps dure un processus ?

Le travail porte ses fruits dès le début mais surtout après le  niveau 3 (cou) et plus encore après celui du niveau 5 (diaphragme)
Les attentes sont variables mais l’engagement se prend sur  une année.


PENDANT LES SISTIMS

 

Les attitudes :

 

Présence et  attention à soi même sans jugement. Conscience de ses :

 

1. Sensations : Les détecter, les laisser vivre sans agir sur elles par la volonté. Accepter les manifestations corporelles (tremblements, rots, pets, nausées, sueurs, secousses, sanglots, sommeil, sons divers…), et toutes les impressions, pour laisser advenir les états d’être marquants du passé, peut-être ceux du bébé.

 

2. Images :
Tout accepter : Représentations actuelles avec et sans rapport apparents, associations libres, et toutes les pensées réelles ou imaginaires, joyeuses, tristes ou agressives, vécues, racontées ou fantasmées.

3. Sentiments :

Très divers, inattendus, multiples. En prendre conscience, les laisser s’exprimer. Le thérapeute pourra aider à comprendre comment la personne s’arrange pour les éviter ou les contrôler.

 

 

Les 7 Niveaux Reichiens

 

ETRE AIME – S’AIMER – AIMER


Tout un programme qui commence par le travail sur les deux premiers niveaux.
Les Sistims sont répétés jusqu’au plaisir de leur exécution. Le travail somatique et l’analyse de chaque niveau permet de dissoudre les tensions les plus archaïques et d’apporter la sécurité de base.
Les différents niveaux sont en constantes interactions.

1er niveau
Les télé-récepteurs : Yeux – Nez – Oreilles étaient chargés à l’origine de prévenir des dangers éloignés et le sont toujours quoique différemment de l’époque pré-historique
C’est là que peut se situer une mauvaise interprétation de la réalité.
C’est aussi le niveau où se trouvent les peurs les plus archaïques : terreur, panique…d’où viennent les clivages, dissociations ,désorientations, pertes de contact avec la réalité. C’est le niveau de la pensée, de la rationalisation qui empêche le contact avec le Moi situé dans la poitrine.

2ème niveau
la Bouche, la Langue
Lieu de la dépression, de l’oralité, de l’angoisse d’abandon… mais aussi du plaisir.
La bouche est également concernée par la rumination, l’obsession. L’expression  par  la parole, le  baiser… elle est en rapport avec la génitalité.

3ème niveau
le Cou, le haut du Thorax
Lieu narcissique, de la honte, du jugement, de l’instinct de conservation. Le travail du cou le libère et relâche en plus partiellement la cuirasse des 4ème et 5ème niveaux.
C’est naturellement dans le cou qu’on peut localiser le  complexe d’infériorité.
Le cou est le trait d’union entre le cœur et le cerveau
Libérer le cou fait apparaître les 3 H : Humilité, Humanité, Humour

4ème niveau
le Thorax
lieu d’affirmation de soi, de l’ambivalence, l’identité biologique , le Moi réside dans le thorax , de même que le cœur et l’affectif.
Le tri soi-non soi physiologique est géré par le thymus glande de l’immunité située sous le sternum .

5ème niveau
le Diaphragme, la Respiration
c’est la zone du masochisme, de l’anxiété liée à la culpabilité. Le plaisir est transformé en déplaisir.

L’homosexualité latente se localiserait dans le diaphragme, provoquée par l’éducation répressive ou hyper protectrice. Les situations d’anxiété chroniques se transforment en névrose d’angoisse. La compulsivité est liée au diaphragme et au ventre.

6ème niveau
Abdomen – Viscères
C’est dans les muscles lombaires contractés que se situe la peur d’être attaqué.
Compulsivité, analité, sadisme réactif siègent dans l’abdomen. Les psoas, les adducteurs peuvent contenir la sexualité soit en résonance, soit en opposition par exemple : psoas hypertoniques, adducteur hypotoniques.
L’obsessionnel est bloqué à ce niveau 6, son obsession lui permet de garder sous contrôle son agressivité.

7ème niveau
le Bassin et les Membres inférieurs
les adducteurs encore dénommés muscles de la virginité sont l’autre siège du surmoi, leurs tensions sont dues entre autre à
- la peur de la castration
- la peur de l’autorité
- la répression sexuelle
C’est dans le bassin que nous trouvons la problématique oedipienne. Le blocage du 7ème niveau est toujours secondaire. C’est le lieu où la maturation caractérielle du sujet rejoint la situation hystérique, antichambre de la génitalité, c’est à dire de l’état de santé psychologique parfaite au sens Reichien.

 

 

 

AVANT ...   PENDANT ...    APRES ...

 

Le processus d’APsySE se définit par une progression de mobilisations neuromusculaires ou sistims, commençant au niveau de la tête pour se terminer au niveau du pelvis.
Elles suivent en cela les ceintures ou anneaux définis par Reich.

                                       

 

                                                                         AVANT

 

                                                     

 

                                                                  

PENDANT LA THERAPIE

 

 Le thérapisant travaille les 7 niveaux  en commençant par l'anneau oculaire et continue sa progression jusqu'au 7 ième niveau, découvrant ses problèmatiques propres à chaque niveau et ses solutions ainsi que les différentes possiblités d"AIMER

 

                                   

 

                                                                                                     

  APRES

 

                                                                      C'est la Vie

 

                                       

 

                                                                     Chats dormants près du feu                            

Plus de peurs, en particulier , des autres , et la possibilité de vivre en convivialité dans des conditions difficiles tout en se relaxant , sans tension personnelle , ni relationnelle et en s'aimant les uns les autres .

 

Ses Origines , son Histoire

 

 


L’APsySE est issue de l’approche Analytique Freudienne et du travail de recherches menés par plusieurs hommes et femmes sur les interactions Corps-Esprit, Psyché-Soma : William Reich, Ola Raknes, Federico Navarro, Paul Boyesen et Gerda Boyesen – pour ne citer qu’eux – tous et toutes ont basé leur travail sur un modèle humain et sur une méthode d’intervention.

 

Sigmund Freud : C’est à lui que nous devons toutes les bases de la psychologie contemporaine. Les neurosciences  confirment chaque jour un peu plus la validité des hypothèses et l’intuition de ce grand penseur, persévérant et inventif, qu’était Freud.

 

William Reich : Docteur en médecine, psychanalyste, passionné de biologie, de sexologie et d’anatomie. Dés 1920, il est l’étudiant et l’élève de Freud. Il apporte un éclairage nouveau, essentiel dans la compréhension du modèle humain : on peut entrer dans l’inconscient, par le corps, c’est à dire par les fascias, le mouvement, les sensations et les muscles. Il en tirera le concept de Cuirasse musculaire, lieu des blocages de la circulation énergétique, à travers sept anneaux échelonnés de la tête au pelvis. Reich contribuera ainsi à la compréhension de l’énergie.
Il mettra aussi en évidence la Cuirasse Caractérielle, traits de caractères qui protègent le sujet contre l’angoisse. La peur, est reconnue comme étant la cause centrale de tous les troubles de l’être humain. Elle engendre des réactions de tout le système neurovégétatif et hormonal.
De 1933 à 1948, William Reich élaborera une méthode qu’il nommera Végétothérapie.

 

Ola Raknes : Conserve l’héritage européen de Reich et le transmettra à Gerda Boyesen et à Federico Navarro. Il deviendra la pièce maîtresse de la transmission de l’œuvre de Reich

 

Federico Navarro : Psychanalyste et Neuropsychiatre, il s’intéressera aux travaux de Reich et les continuera en approfondissant la méthode, qu’il appellera La NeuroVégétothérapie. Elle procède de manière systématique en partant du premier segment (oculaire) jusqu’au 7ème segment (pelvis). Cette méthode n’a cessé d’être améliorée avec le développement des Neurosciences et sa valeur n’a plus besoin d’être prouvée.

 

A travers ses fondateurs Christine Zürcher et Jacques Vaissac, l’APsySE vise la résolution des conflits profonds qui permet la levée des angoisses et des  peurs archaïques. En 2008 ils ont fondé L’institut Somapsy qui regroupe des Analystes APsySE.

 

Vous êtes ici : Accueil Actualités Débuter une thérapie en APsySE