Font Size

SCREEN

Cpanel

Sandrine Mundweiler

Sandrine MUNDWEILER

D’où je viens ? quel est mon parcours ? comment suis-je devenue praticienne en APSYSE ?

Mon arrivée sur terre a été douloureuse : déception de ma mère, les yeux brouillés de larmes sur la troisième petite fille que j’étais, espérant un garçon. J’ai pu ré-éprouver, bien plus tard, grâce à mon travail en APSYSE, à quel point la blessure fut forte ainsi que ses conséquences : peur de décevoir , de ne pas être celle qu’on attend, peur du rejet, sentiment terrible de l’anéantissement...Dès lors, il devint difficile de pouvoir, vouloir et oser être moi-même, de ne pas me sentir coupable du malheur de l’autre, de ne pas avoir honte et de ne pas me mettre en exil de moi-même pendant très longtemps…

Tout était en route pour faire de moi une conquérante d’un moi idéal, qui ne décevrait plus jamais ni l’autre, ni moi-même. Devenir « celle qui… », « la bonne », « la plus, la mieux … » pour me faire aimer et surtout pour pouvoir m’aimer. Quelle tristesse !

Ma force de vie m’a fait me battre pour essayer d’atteindre un autre moi-même ,qui puisse prouver ma valeur : accumulation de savoirs, sports de compétition. Quelle lutte fatigante pour arriver à m’aimer ! et quelle voie de perdition ! Je cherchais des réponses à mon mal-être grandissant à travers de longues études en astrologie, en médecine chinoise, les religions chrétienne et bouddhiste, la méditation. Je cherchais pourquoi j’allais mal mais je ne me rendais pas compte que j’essayais surtout d’échapper à moi-même , en cherchant ailleurs les solutions. J’étais déconnectée de ma réalité , fuyant mes défauts et mes limites, déconnectée de mon corps.

Heureusement que j’adorais la nature, être en montagne , faire du sport à outrance qui me rendait vibrante même dans la douleur, que j’aimais créer avec mes mains, que je suis devenue masseur-kinésithérapeute et que je me suis adonnée à la sculpture, bref que j’étais en contact direct avec la matière. Toutes ces activités m’ont évité d’être un esprit désincarné qui erre sur cette terre , comme « condamnée » à vivre là mais ne le souhaitant pas !

Coupée en deux ! la tête d’un côté , le corps de l’autre, avec quand même et heureusement des états émotionnels très perturbés. Le courant passait quand même ! pas complètement dissociée !

Mon métier de kiné me passionnait mais finit par me frustrer, car je voyais bien que soigner la « mécanique » humaine avait ses limites et j’ai eu envie d’explorer du côté de l’approche psycho-somatique du soin. C’est ainsi que j’ai rencontré l’APSYSE. Mon propre parcours d’APSYSE a duré 6 ans et ce fut pour moi un véritable chemin de réconciliation avec moi-même , chemin de réunification de mon corps et de mon psychisme, chemin d’apprentissage de l’amour, de paix avec mes ancêtres et avec moi-même. J’ai appris à me connaitre en sentant qui je suis à travers mon corps, à exprimer mes émotions refoulées , à revoir mes croyances , à parler de moi en vérité et en humilité, à comprendre d’où je venais, à être plus consciente et à accepter d’être dans le ici et maintenant. Mon corps n’est plus juste une mécanique, un instrument, un véhicule que je possède mais il est devenu un corps-sujet , parlant, un allié , un instructeur, avec un cœur plus ouvert à l’amour des autres et de moi-même.

J’ai senti qu’il y avait au fond de moi une aspiration à l’amour inconditionnel et que j’étais sur un chemin parsemé d’obstacles à dépasser pour faire éclore , un pas après l’autre , mon être essentiel.

Je suis , bien entendu, toujours en travail de développement personnel mais plus consciente qu’avant et moins blessée, moins perdue , plus incarnée, plus vivante.

Pour moi, l’APSYSE est une thérapie pertinente et efficace pour sortir des impasses que sont les illusions sur soi et les autres, les agitations mentales et émotionnelles perturbatrices. C’est une voie d’incarnation, de connaissance de soi profonde et de libération de l’être. C’est une thérapie d’expérience vécue à travers le fait de sentir son corps et de lier ce ressenti à la pensée et à la parole vraie. C’est aussi l’apprentissage de qui je suis à travers la relation thérapeute-patient authentique et charnelle.

L’APSYSE dénoue le corps et le psychisme ensemble, aide à reconstruire un ego plus mature, humble et aimant, ni enflé d’orgueil et d’illusions, ni misérable et dépressif. Un ego plus conscient devient plus responsable de sa vie, de ses relations avec lui-même, les autres et la Grande Vie, auquel il aspire ontologiquement.

L’APSYSE est pour moi une thérapie profondément existentielle, qui ouvre à la spiritualité.

Comment ne pas avoir envie de devenir thérapeute lorsque l’on a connu le bonheur de sortir de ses impasses, des souffrances familiales, de son passé d’enfant blessé ?

J’aime accompagner l’autre sur son chemin de guérison.

You are here: Accueil Actualités Stage d'été Thérapeutes Sandrine Mundweiler