Jean-Luc Cabaré

Jean-Luc CABARE
Le processus d’Apsyse peut se définir comme suit :

Retraverser le développement psychoaffectif pour accéder à la réalité de l’instant ouvrant à la créativité.

Comment retraverser le développement Psychoaffectif ?

Les sistims (simulations-stimulations) ou mobilisations neuromusculaires agissent directement sur le corps, lieu somatique d’expression du développement psychoaffectif.
En effet le corps contient la mémoire de toutes les défenses mises en place par l’individu au cours de sa construction psychique.
Dans ce travail sur le corps par les sistims, schématiquement les « cerveaux »reptiliens limbiques et du néo-cortex sont concernés et sollicités.
En travaillant sur les tensions neuromusculaires, l’énergie créée et fixée lors des périodes défensives, va pouvoir se libérer.
Nous pouvons parler dès lors d’un ré apprentissage et d’une ré appropriation corporelle permettant une circulation énergétique fluide, sans tension résiduelle.

Comment accéder à la réalité de l’instant ?

Après chaque sistims un temps de parole est prévu. Verbalisation axée sur le ressenti physique, émotionnel et de tout ce qui remonte à la conscience (souvenirs, images, etc.…), qui touche les réactions involontaires survenues pendant les sistims.
Par la verbalisation il y a élaboration et (re)découverte du sens, des liens se font et les croyances se défont, d’autres positives peuvent en prendre la place.
Plus le processus avance plus le principe de réalité devient présent.

Comment la réalité de l’instant ouvre à la créativité?


Le principe de réalité prédomine alors par un assouplissement de la structure( ou cuirasse)défensive, le présent est vécu sans régression, sans que le réflexe défensif agisse.
Le but n’est plus la défense mais le désir de vivre l’instant présent dans sa plénitude.
Ainsi le processus permet de vivre son présent sans régression et de mettre en œuvre son pouvoir créateur et donc d’être à même de créer son futur.

FaLang translation system by Faboba